Claude CANU
Ancien Président du MDSF (1987-1995)
Président d'Honneur (1998-2017)


C'est dans la petite église de sa ville, St Brice-Courcelles (51) que le cercueil de Claude était entouré de sa femme, sa fille, de sa famille et de ses très nombreux amis, venus souvent de loin, pour lui rendre un dernier et respectueux hommage.

La cérémonie religieuse, commença par une oraison funèbre dite par le prêtre de la Paroisse. Puis ce fut sa fille, Thérèse, qui prit la parole pour retracer la longue vie de son père. Elle raconta son enfance difficile avec ses parents, son parcours dans plusieurs écoles, sa découverte de la LSF, son métier de peintre, ses activités associatives et de professeur en LSF, sa vie de famille ....

Puis est intervenu devant la dépouille de Claude, l'intervention du Président du MDSF
*, M. René BRUNEAU . ( Voir ci-dessous l'éloge funèbre qu'il a prononcé).
Ensuite vinrent les interventions du Président du Foyer des Sourds de Reims et de 3 autres personnes, responsables associatifs à lui rendre, chacun, un vibrant et poignant hommage.
Ce sont avec yeux remplis de larmes de nombreux d'entre-nous, que la cérémonie religieuse se poursuivie par des chants, des prières et lectures de psaumes.

À la fin de la cérémonie, chacun se déplaça pour aller bénir et s'incliner une dernière fois, devant son cercueil surmonté d'une longue gerbe de roses rouges et de son portrait encadré et posé dessus.

Sur invitation de sa fille Thérèse, de son aimante et courageuse femme Odette, de Michel son gendre et de Ludovic son petit-fils,   les personnes ayant assisté à la cérémonie, furent invités à saluer et présenter leurs sincères condoléances à la Famille, dans une salle municipale située à une centaine de mètres de l'église.

Qu'il repose en paix maintenant.

* Le Mouvement Des Sourds de France était représenté également par:
René BRUNEAU, Pdt - Patrick LIGER, ancien Pdt - Jacky CORREIA, ancien Pdt
M-F BRUNEAU, Trés. Gale - Ph. MERCIER, Administrateur.


°°°°°°°°°°°


                                                                       © MDSF-12/2017

Odette CANU,
Thérèse, Michel et Ludovic BERRIER

le Mouvement Des Sourds de France

Remercient toutes les personnes venues assister à la cérémonie religieuse
ainsi que toutes celles et ceux qui ont exprimé leurs sincères condoléances
par des courriers et messages de sympathie
qui leur ont été adressés aux cours de ces derniers jours.

°°°°°°°°

ÉLOGE FUNEBRE de René BRUNEAU,
Pdt du Mouvement Des Sourds de France
à M. Claude CANU,
Président d’Honneur, ancien Président du MDSF
prononcé en l'église de St Brice-Courcelles (51)
18 Décembre 2017



Claude,
Mon ami,
Mon grand ami,
Mon Président,
Notre Président,
Notre Président d’Honneur à tous,

Le Mouvement des Sourds puis le Mouvement Des Sourds de France perd aujourd’hui son guide de la première heure.

Claude, tu as adhéré au Mouvement Des Sourds en Février 1986, au lendemain de la grande Marche du 1
er Février de cette même année… comme moi….heureux hasard !!

Je ne reviendrai pas trop en détails sur cette année tumultueuse de 1986 où des conflits internes entre le 1
er Président du Mouvement Des Sourds, Jean KACSMAREK et la Secrétaire générale, Emma VERNET, allaient conduire à un début de sabordage de cette jeune association d’à peine 1 an et demi d’existence.
Il fallait trouver une solution, une issue positive et constructive à ces querelles inutiles.

Je me rappelle ainsi d’un après-midi de la fin Février 1987,à l’occasion d’une pseudo assemblée générale provoquée en dernière minute par le Président co-fondateur, à la bibliothèque de l’INJS de St Jacques.

C’est ce jour-là que j’ai fait ta connaissance.
C’est aussi ce jour là que tu as décidé de reprendre le flambeau du Mouvement des Sourds au milieu d’un chahut et d’un affrontement fratricide entre le Président co-fondateur et sa Secrétaire générale également co-fondatrice du Mouvement des Sourds.

3 semaines plus tard, le 14 Mars 1987 précisément, à l’occasion d’une Assemblée Générale Extraordinaire décidée par la Secrétaire générale et en accord avec la majorité des membres du CA, en présence d’une cinquantaine de Membres présents, tu as été désigné et élu officiellement Président du Mouvement Des Sourds.
Tu as souhaité aussitôt à ce que je sois à tes cotés en tant que vice-Président, ce que j’ai accepté de suite et de très bon cœur.

Le 21 Octobre 1989, le Mouvement Des Sourds ayant de plus en plus d’adhérents provenant de nombreuses régions de France, prenait le titre de
Mouvement Des Sourds de France


Pendant 7 années tu as été de tous les combats, de toutes les manifestations, dans toutes les réunions et rencontres avec les femmes et hommes politiques afin de les convaincre que les personnes sourdes ne devaient plus rester exclues du Monde des « entendants » qui les entourait.

Oui, pour les convaincre à reconnaître rapidement et officiellement la Langue des Signes Française, ta 1
ère langue de communication mais également celle de centaines de milliers d’autres sourds en France.

De nombreuses fois nous sommes allés à l’Assemblée Nationale pour rencontrer M. Georges HAGE, Député communiste du Nord et auteur de plusieurs amendements demandant la reconnaissance officielle de la LSF.

Tes efforts, nos efforts à tous n’ont pas été vains.

C’est quelques jours avant Noël 1990 que le Président de l’Assemblée nationale, Laurent FABIUS, proposait un amendement tendant à « 
reconnaître aux jeunes sourds et à leurs familles la liberté de choix entre communication bilingue- Langue des signes et Français. »
La loi fut votée le 18 Janvier 1991 et son article 33 nous accordait cette reconnaissance officielle.
Je me rappelle que ton visage, souvent très souriant, l’était encore plus ++ ce jour là.

Mais tu savais, nous savions tous, que le travail n’était pas achevé et qu’il fallait continuer à se battre pour notre cause à tous. Il fallait maintenant convaincre le Ministère de l’Éducation nationale pour qu’il mette en application cette loi.
Malheureusement, rien ne s’est fait ensuite… cette loi n’a jamais été appliquée dans l’enseignement élémentaire et secondaire malgré un décret paru en 1992 et une circulaire de l’Éducation Nationale 1 an plus tard.

Un autre combat t’a beaucoup préoccupé.
Il s’agissant de l’introduction du sous-titrage à la Télévision.
Oh..bien sûr des décodeurs Antiope étaient distribués gratuitement aux personnes sourdes qui en faisaient la demande mais il n’y avait pas beaucoup plus ++ de films sous-titrés sur les 3 chaines de télévision à cette époque.
Je me rappelle aussi du soir où nous nous sommes allés à Antenne 2 et avions participé au journal des sourds et malentendants animé par notre ami Claude MARCOTTE.
Tu avais exprimé ton mécontentement à ce sujet et ton espoir également de voir les choses s’améliorer dans les années suivantes.

C’est pour ces raisons que tu as souhaité que le Mouvement Des Sourds de France organise le 06 Novembre 1993 son 5
ème Séminaire ayant pour thème :
«  La télévision, outil de communication, est-elle bien adaptée au monde des sourds ?? »

Ce jour-là, dans ton discours d’ouverture tu déclarais :
«  Depuis longtemps, les sourds sont les délaissées de ce moyen le plus moderne de communication. Informer par l’image et le son est une merveilleuse invention. Mais pour le sourd cela correspond à la version moderne du cinéma muet du début du siècle sauf que, maintenant, elle ne fait plus rire ni pleurer. »

Oui, une nouvelle fois tu exprimais ta déception de voir que la Communauté sourde restait dans l’oubli et rester punie dans le coin.

L’année suivante, nous avons refait un autre Séminaire, le 22 Octobre 1994 dont le thème était ciblé sur l’avènement de la Communauté européenne.
Européen tu l’étais, mais ce qui t’inquiétait le ++ était de t’interroger sur ce qu’il en deviendrait du poids des lois françaises face à une Communauté des 12 Pays à ce moment là.

Je sentait en toi le doute… et poindre ta méfiance envers cette Communauté des États membres.

La politique n’était pas ton fort, chaque fois que tu le jugeais nécessaire, tu m’interrogeais car tu savais que, par mes engagements politiques et personnels
« dans un autre monde », je pouvais te répondre sans trop me tromper.

En 1994, à l’occasion de notre Assemblée générale qui s’était tenue à Pierrelaye dans le Val d’Oise, la Secrétaire générale, Mme Emma VERNET, laquelle te donnait de plus en plus de fatigue par ses contradictions et contrariétés qu’elles t’opposaient trop souvent, t’avait donné froidement, sa démission.

À ta demande, je pris immédiatement la place de la Secrétaire générale qu’elle avait abandonnée.

Ta santé devenait de plus en plus fragile, ta vue commençait à baisser également. Et les longs trajets que tu ne manquais pas de faire en voiture puis par le train entre ton domicile ici à St Brice et vers Paris plusieurs fois par mois afin de me rencontrer, échanger et décider sur les actions à entreprendre, lire les divers courriers que tu recevais… continuer le combat en quelque sorte, ont fini par te rendre de plus en plus fragile et fatigué.


Fin 1994, tu as jugé que le moment était venu de transmettre le flambeau du MDSF à un jeune. Ce jeune, c’était Patrick Liger, ancien militant sourd dans une association à Orléans depuis de nombreuses années et nouveau Trésorier depuis la dernière Assemblée générale de cette même année.

C’est ainsi qu’à l’occasion de l’Assemblée générale ordinaire du 18 Mars 1995, tu remis officiellement le drapeau du Mouvement des Sourds de France et offert ta place de Président à Patrick LIGER.

Ton esprit curieux, ton courage, ta volonté restaient malgré tout, clairs et intacts. Tu as accepté de prendre la place de vice-Président et tu as continué à siéger avec nous au sein du Conseil d’administration pendant près de 15 années encore..
Pour toi, il n’y avait pas la fin d’un combat mais une autre façon de contribuer à poursuivre les actions revendicatives pour tendre à faire respecter les droits de sourds et défendre cette langue des signes qui t’était si chère.

Le 07 Mars 1998, à l’occasion de l’Assemblée générale ordinaire du MDSF, Le Conseil d’administration et sous la conduite de son Président Patrick LIGER, nous t’avons attribué le titre honorifique de Président d’Honneur.

Depuis 1987 à aujourd’hui, tu n’as jamais failli à ta tâche.
C’est par un dévouement et une pugnacité exemplaires dans la conduite des actions pour défendre tes semblables, sourds et malentendants, défendre leurs droits légitimes… bref pour une reconnaissance de citoyen à part entière pour tous, que l’on se doit de faire respecter ici, ton image, ta mémoire.

Depuis 3 ans ta santé a profondément déclinée. Tu ne pouvais plus venir assister à nos assemblées générales ni à nos activités sociales et diverses.

Aujourd’hui, devant toi, je m’incline fraternellement. Tous les membres du Conseil d’Administration du Mouvement Des Sourds de France se joignent également à moi pour t’offrir nos sincères et respectueux hommages dans un silence où seuls nos pleurs et les battements de nos cœurs se font entendre.
Toutes nos pensées affectueuses vont vers toi.

À Odette, son éponse,
A Thérèse sa fille et son mari Michel
A son petit fils Ludovic

Au nom de tous les membres du Mouvement des Sourds de France, nous vous adressons nos sincères et respectueuses condoléances.

À toi Claude nous te disons :
« Où que tu iras, où que tu seras, repose en paix »


°°°°°°°°°°°

Retour page d'accueil


Informations et Défense des droits et à la citoyenneté des Sourds de France - Défendre la langue des Signes française - Pour l'égalité des droits et des chances à participer à la vie sociale, culturelle et aux loisirs- Cours d'intiation à la Langue des Signes Française et à la formation sur l'accueil des personnes sourdes et malentendantes en diretion des entreprises et collectivités territoriales.